VERNY

 MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2018 :

                     C’est la rentrée des randonneurs, du moins pour moi dont c’est la première grande sortie depuis mon accident de vertèbre. Odile et Guy G. ont organisé la balade, une boucle de douze kilomètres environ de Verny ball-trap  à Verny château, vers Marly d’abord puis en longeant Coin les Cuvry et suivant l’ancien tracé de la voie de chemin de fer.

                     La belle lune ronde de la nuit promettait un ciel dégagé, nous l’avons, ciel bleu et soleil. Nous sommes neuf marcheurs, Maryvonne, Marie-Claire et Jean-Claude, Bernadette, Daniel, Odile et Guy, l’autre Guy et moi. Forêts de feuillus, pâtures, chemin bocagers en creux, rivière et ruisseau que l’on passe, en cette fin d’été, le pays de la Seille est bien beau !

                     Je retrouve ce groupe des randonneurs avec plaisir. Les conversations à bâtons rompus captées par le marcheur qui remonte leur file passent de l’anatomie sous ventrale des bovins rencontrés, paissant tranquillement dans leur pré carré à telle région lointaine qu’un des marcheurs a parcourue dans sa jeunesse et que les nouvelles frontières et les conflits interdisent. Je marche sans fatigue excessive mais inquiète pour Guy D. qui peine à suivre. Le traditionnel goûter sur l’herbe rase, contre un talus que le soleil a chauffé tout l’après-midi, paraît le requinquer. Qui veut une mort subite? Etrange question ! Qui la voudrait sous ce soleil déclinant ? Odile sort la Mort subite de sa glacière et la partage avec moi me ranimant illico.