Haut St Pierre

Mercredi 28 Septembre

Quand on arrive au Haut de Saint-Pierre après une montée dans le sentier entre hautes herbes en graine, arbres sauvages et arbustes en fruits, on est soufflé par l’air qui circule dans ces hauteurs et, d’une autre façon, par le paysage déployé à trois cents soixante degrés tout autour de cette butte. Ici doit souffler aussi l’Esprit, esprit des âges puisque de vieilles tombes sont alignées, qu’une chapelle aux affligés témoigne des espoirs passés, qu’une croix de Lorraine rappelle le souvenir des morts pour cette terre et que de vieux tilleuls qui ont traversé les temps étendent toujours plus largement leurs ramures. Une recherche sur internet confirme ces impressions : « La chapelle du Haut-Saint-Pierre en Moselle est au centre d’une configuration énergétique du réseau 2( ?) de même que la cathédrale Saint Étienne de Metz ». Cette chapelle serait sur une ligne qui relie des abbayes, des châteaux, un prieuré, des cathédrales dont celle de Chartres et qui aboutit à la basilique Saint Anne d’Auray.

 

Nous redescendons par les champs préparés pour l’hiver, terre comme tamisée par la herse et que des tracteurs parcourent dans un panache blanc pour la chauler. Nous entrons dans les forêts de Hémilly, domaniale et communale, forêts de haute futaie bien dégagée que nous parcourons par des sentiers ou hors sentier suivant notre guide qui s’égare bel et bien ou fait semblant une fois encore, mais qui s’y retrouve, et on l’admire car, qu’est-ce qui différencie le sentier de feuilles séchées entre les grands arbres  d’un passage de feuilles séchées  entre les arbres ? Voici une autre chapelle au cœur de la forêt et on reconnaît la ferveur populaire aux géraniums bien arrosés et à la nappe blanche de l’autel, bien repassée. On sort des sentiers forestiers, on apprend que l’on est passé par le lieu-dit Hêtre au loup et qu’on entre dans le Trou de l’Ermite mais on n’a vu ni loup ni ermite ni même le trou !

 

 

Il faut remonter abruptement le Haut-Saint-Pierre car des bancs nous permettront un repos sucré puisque Maryvonne nous tartine de la brioche avec sa confiture de pêches de vigne dont elle fait la surprise d’une distribution à tous. Nous repartirons donc,  sans avoir rencontré le loup mais avec notre petit pot de confitures.