Muguet de VRY

Mercredi 11 mai

C’est une balade que nous avons déjà faite l’année dernière à partir de Vry, village de Maryvonne et de Claude. Le soleil chauffe sous une couche brumeuse et un orage a été annoncé pour le soir mais avant d’arriver au bois, sur le plateau, souffle un vent de nord-est. Le bois est aéré, vert et frais.  Nous marchons d’abord entre des touffes d’ail des ours dont les feuilles ressemblent si fort à celles du muguet mais dont l’odeur nous propulserait plutôt en avant pour la fuir. Bientôt les brins convoités pointent, toutes clochettes resserrées sur leur frais parfum. On sait par expérience qu’il y a une clairière où les brins sont si nombreux que leur parfum explose dans le bois mais cette clairière semble reculer au fur et à mesure de notre avancée. Les ronces retiennent parfois le pied dans les chemins à peine tracés dans les herbes, des ornières profondes sont encore pleines d’eau, pataugeoire pour le chien Laos qui s’y rafraîchit après ses recherches d’odeur et ses purges d’herbe. Comme nous sommes, ma foi, d’une nature pas si éloignée de la sienne, nous humons dans les sapinières l’odeur de sapin coupé, mais revenons bientôt à celle de notre bouquet, cette odeur si délicieuse qu’ « on en mangerait », clochettes comprises.

Mais ce sont d’autres nourritures qui nous restaurent sur la terrasse de Claude et de Maryvonne où, autour de la table, face au beau jardin pour les uns ou à la façade arrière de leur imposante maison pour les autres, nous goûtons l’instant.